Bienvenue sur Ludtyvia, à vos risques et périls.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Too wild to not escape your poisonous love [James]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sylvain

avatar
Keiràn Ikrà


PROFIL► AVATAR : Cameron Monaghan
► VOTRE AGE : 18
►PORTRAIT :
► CIITATION : Never let them see you weak
► CREDIT : Me, tumblr
► ARRIVÉ LE : 04/04/2012
RPG
And about you ?
► AGE DU PERSO: 17 ans
►TITRE(s):
► LIENS:

MessageSujet: Too wild to not escape your poisonous love [James]   Mar 13 Mai - 18:50

#Spirit Indestructible - Nelly Furtado


Je marche seul dans les rues new-yorkaises, les doigts crispés sur les manches de ma Canada Goose blanche. J'expire une fine buée, les joues brûlées par le froid de la fin de l'hiver, par le mois de mars qui gèle les timides poussent des plantes de Central Park. Mon jean slim et mes vans blanches m'aident à passer partout, inaperçu, un garçon simple au milieu de tant d'autres... Sans expressions, les gens se pressent pour aller travailler après leur pause midi. Je les regarde vaguement, note quelques regards lubrique au niveau de mes fesses, et m'allume une cigarette.

Dans le calme quartier de New-York qu'habite James Mason, les gens ne mettent pas le nez dehors. J'ai coincé le bout de la laisse de mon chien dans ma poche, et déambule en rêvassant. Je suis à New-York pour quatre jours encore, envoyé ici pour promouvoir un cheval de course que mon père veut vendre. Personne n'en veut. Trop nerveux. J'ignore pourquoi je continue à passer dans ce quartier, dans cette rue dans laquelle semble résonner les rires joyeux des enfants de mon ancien psychiatre. D'une manière ou d'une autre, il a réussi a faire naitre quelque chose en moi, un sentiment étrange à son égard. Je secoue la tête, agacé, et entraine mon malamute d'Alaska géant à ma suite jusqu'à un bar du quartier.

Les verres de whiskey descendent, descendent, et le solde de mon compte bancaire avec. Ma capacité à parler aussi. Mais pas celle de bouger. La musique puissante m'enveloppe de plus en plus, et je ferme les yeux pour oublier le monde autour. Mon corps se meut lentement d'abord, dans une danse à la limite du sex air, une main dans mes cheveux, l'autre à la naissance de ma cuisse, la tête en arrière et la bouche entrouverte. C'est un peu comme si mon corps venait de se mettre à hurler "Baisez moi!!". Mais à la seconde où un type me saisi le bras, je me défait de sa prise et bondit hors du bar, dans la rue où la nuit s'est un peu installée, sous une pluie battante. Je pourrais danser. Je suis complètement soûl, seul avec mon chien géant, et j'ai désespérément besoin de jouer au chat et la souris. Il faut croire que Mason n'est jamais là quand je veux qu'il pointe son nez alors que quand je veux pas il est toujours là. Ah attendez ! C'est vrai... Il est mort. Donc je vais passer le reste de la nuit dehors, tout seul.

J'attrape mon téléphone, et choisi une chanson que je balance à plein volume dans mes tympans sur-sensibles de loup-garou. Je ne l'étais pas, loup, la dernière fois que je l'ai vu, avant que... Ni un changeur de peau multiple. Et dire qu'il me trouvait sauvage ! Il aurait halluciné s'il m'avait vu maintenant ! Enfin, pff. A tout les coups il m'aurait désiré encore plus. J'allume une énième cigarette, tire dessus et ouvre ma bouche pour laisser s'échapper la fumée. Le fantôme, ils disent. Quoi que ce soit peu importe. Quand j'ai laissé Mason la dernière fois, il croyait encore dur comme fer que je ne buvais pas, et que je ne fumais pas. Le pauvre... Au final, il y a trop de choses que j'aurais voulu lui dire ou qu'il ignorait. Pourquoi lui ne pourrait pas aussi être un revenant ?

_________________


Dernière édition par Tarek S. Thompson le Jeu 15 Mai - 11:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité


PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Too wild to not escape your poisonous love [James]   Mer 14 Mai - 12:07

Le souffle de la terre dans les veines. La respiration des astres. La poussière dans les voix respiratoires de l’ancien médecin.

Il prit un inspiration douloureuse. Il sentit ses poumons manquer d’exploser. Il avait besoin d’air. Il ne savait comme l’atteindre. Il repensai à sa vie passé, à ce nouveau départ qu’on lui offrait. Il se sentait partir. Il pensait qu’il ne pourrait jamais le revoir et lui dire qu’il l’aimait lorsque la blonde s’était approché de lui. Il avait senti sa colère lorsque la lame l’avait traversé de part en part. Il savait que c’était trop tard. Il ne se sentait pourtant pas mort. Il ne comprenait pas. Il tenta de bouger le bout de ses doigts et ses phalanges répondirent favorablement. Il fronça les sourcils, réfléchit mais ne trouva aucune solution.

Il était sortie des entrailles de la terre quelques heures plus tôt. James était revenu à la vie, partant de l'endroit d'où il était mort comme un fantôme. Il ne comprenait pas ce qui l’avait aidé. Il se sentait fatigué. Il avait pourtant l’impression d’avoir dormit pendant des heures mais la fatigue était maitresse de sa vie. L’ancien médecin était perdu dans ses souvenirs. Il ne parvenait à mettre de mot sur la réalité qu’il vivait maintenant. Elle pouvait n’être qu’un mensonge. Les longues heures passées à écouter les cours de biologie lui avaient apprit qu’un corps mort ne revenait jamais à la vie. Il avait par la suite été chargé des cas dit compliqués de Saint Marie des Lys. Il avait comprit que la magie existait. Peut-être était-il maintenant un enfant de la magie à son tour ? Il devait mettre ses pensées au clair avant d’avancer de nouveau. Il devait connaitre la date d'aujourd'hui. Il devait savoir pendant combien de temps il avait été hors course.

James était perdu entre les arbres de Central Park. Il n’entendait plus son cœur. Il avait réussit à obtenir quelques informations sur la date et après avoir regarder le ciel, il avait conclu qu’il était environ deux heures du matin. Approximativement, l’ancien médecin avait retrouvé le chemin de son domicile. Il avait regardé la maison où il vivait. Il avait vu l’ombre de sa femme à la fenêtre. Il n’était pourtant pas rentré chez lui. Il avait préféré fuir.

Les mains enfoncées au plus profond de ses poches, il avançait dans les rues. Il passait de ruelles sombres en rues bruyantes. Les phares d’une voiture le firent sursauter. Il ne comprenait toujours pas comment il avait pu revenir à la vie. Il ne se rappelait pas avoir vu les Enfers que les créatures qu’il avait soignées lui avaient décrit. Il était perdu dans sa propre ville. Il ne se sentait pas différent. Il n’avait pas l’impression que quelque chose avait changé. Il était pourtant en vie alors qu’il se rappelait très bien être mort. Il se rappelait la souffrance qu’il avait ressentit. Il ne se rappelait de rien d’autre. Comme si dans son imaginaire, quelqu’un avait appuyé sur le bouton stop, bloquant ses pensées. Il était mort depuis quelques mois maintenant. Il ne se trouva pas changé lorsqu’il passa devant une vitrine. Il avait toujours le même visage.
Revenir en haut Aller en bas
Sylvain

avatar
Keiràn Ikrà


PROFIL► AVATAR : Cameron Monaghan
► VOTRE AGE : 18
►PORTRAIT :
► CIITATION : Never let them see you weak
► CREDIT : Me, tumblr
► ARRIVÉ LE : 04/04/2012
RPG
And about you ?
► AGE DU PERSO: 17 ans
►TITRE(s):
► LIENS:

MessageSujet: Re: Too wild to not escape your poisonous love [James]   Jeu 15 Mai - 11:03

Mon regard dépité tombe sur ma cigarette déjà terminée. Tss. Sérieusement là ? Quelle merde. Je retire ma capuche de sur mes cheveux, et reprends mon chemin aléatoire dans les rues du quartier paisible. Je déniche un arbre correct, haut et aux branches épaisses, et l'escalade sans le moindre effort. Le chien reste en bas, assis, sage. J'aurais voulu dormir mais même a 2 grammes je n'y arrive pas.

Au final, comme il n'est pas extrêmement tard, je descend de mon arbre et choisi un type pas trop moche ni trop bizarre pour gagner ma soirée. Vous savez, devenir un prostitué, ce n'est jamais une bonne idée. Parce que si vous ne devenez pas accro à je ne sais quelle drogue dure, vous devenez quelqu'un de vide, qui ne considère même plus son corps comme quelque chose de valuable, vide. Comme une poupée gonflable, sans émotion ni sensation. C'est un coup à la va vite, dans une ruelle sombre. Je ne dis rien, ne fais rien mis a part la gentille fellation d'introduction. Je me sens absent. Le jeune trader me glisse trois gros billets dans la poche, sourit maladroitement et disparait au coin de la rue. C'est à ce moment là que je ressens une atmosphère étrange, froide, morte mais différente des démons sexuels ou des vampires. Il y a quelque chose d'autre dans le coin. Une créature rare. Un esprit matériel, dont parlent les livres anciens. Un strigoï.

Même bourré, je sais être sur mes gardes. Je bondis souplement sur un toit, et suit l'odeur étrange jusqu'à sa source. Je me mets en position pour bondir, comme un chat en chasse. Mais alors que je tends mes muscles pour sauter, une odeur un peu moins forte agresse mon odorat. Une qui ne devrait pas être là. Perturbé, je saute quand même du toit mais à côté de la créature, silencieux comme le loup que suis. J'enfonce mes mains dans mes poches, en sort une nouvelle clope et l'allume. C'est le stress. J'ai du mal à y croire. Pourtant mon nez ne me trompe pas, et mes yeux encore moins. Je l'imaginais pas comme ça... C'est bizarre de le voir vraiment et pas par suppositions. Allez Tarek, inspire...

"Je ne pensais pas que je te reverrai un jour... Mais on dirait que la mort ne te convient pas James ?"

Même ma voix a changée. Je ne sais même pas si il va me reconnaitre tout de suite. Avec plus de dix centimètres de plus, mon bronzage de jeune rancherio, ma manière de marcher déjà si différente de celle que j'avais quand j'étais un enfant riche et gâté, mes cicatrices au cou et aux mains, au visage pour l'une. Adieu voix de petite fille, bonjour cordes vocales massacrées par la cigarette. J'ai changé. Je ne suis plus l'enfant aimant et obéissant d'il y a quelques mois. Et lui plus un simple humain. Qu'est-ce qui a bien pu le tirer hors de la mort, le pousser à refuser de disparaitre ? Sa famille ? C'est bizarre. Je tire nonchalamment sur la clope, souffle la fumée et la regarde se dissiper, une envie terrible de partir au fond du ventre. J'aurais mieux fait de rester au ranch. Maintenant, je vais juste flancher.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité


PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Too wild to not escape your poisonous love [James]   Jeu 22 Mai - 17:27

"Je ne pensais pas que je te reverrai un jour... Mais on dirait que la mort ne te convient pas James ?"

James se retourna vivement. Il avait reconnu cette voix. Il avait sentit cette présence qui le hantait depuis si longtemps. A peine était-il revenu que déjà il croisait le jeune garçon. Il inspira profondément. Il peinait à croire ce qu'il voyait. Tarek avait changé. Il le voyait là, détruit par les années qui s'étaient écoulées. Depuis combien de temps ne l'avait-il vu ? Son regard s'attardait sur les traits si fins de celui qu'il avait quitté encore enfant. La cigarette qui Tarek porte à ses lèvres arrache une grimasse à James. Que pouvait-il s'être passé pour qu'il change de la sorte. Il ne s’attendait pas à le retrouver. Surtout comme ça. James prit une profonde inspiration mentale. Il n'avait jamais vraiment montré au jeune héritier l'influence que ce dernier avait sur sa personne. Il ne voulait pas que Tarek sache l’amplitude des sentiments qu'il déchainait dans le cœur de l'ancien médecin. C'était caché bien trop profondément pour qu'il ne s'en rendre contre.

Les sons stridents de la ville lui perçait les tympans. Il ne comprenait toujours pas pourquoi il était ici. James se rappelait parfaitement avoir vu son sang couler et ses tripes tomber sur le sol suite aux coups de la blonde qui lui avait ôté la vie. Il était là, aujourd'hui, marchant, parlant, respirant, comme autrefois. Il était pourtant bien mort, il le sentait dans l'absence du "Boum Boum" régulier qui auparavant lui parvenait de sa poitrine. Ce son rassurant qui empêchait parfois le sommeil de venir mais qui, sur la poitrine d'un amant, devenait la plus douce des mélodies. James regardait Tarek sans faiblir. Ses questions sur ce qu'il était devenu étaient reléguées en d'autre endroit. Il ne voulait rien d'autre que la présence de celui qui avait été un enfant lorsqu'il l'avait fait sien. Il sentait encore les caresses. Il sentait encore le désir. Il calma sa respiration avant qu'elle n'ait eu le temps d’accélérer. Il ne devait pas perdre pied. Du moins, il ne devait pas le montrer.

L'esprit du médecin ne pouvait se perdre en vagabondage.

         Je n'allais pas partir sans te dire au revoir, énonça James, plongeant son regard vert gris dans celui doré (?) de l'adolescence, – Quel beau vent t’amène à New York ?

La question était réelle, James était vraiment interrogatif. Il voulait savoir. Il n'aimait pas perdre le contrôle sur ses pions. Si seulement il savait que bientôt les fils s'échangeraient. Que le marionnettiste deviendrait le pantin. Il n'avait aucun notion de la liberté du loup. Il ne savait même pas la vérité sur la race du jeune homme. Il le savait différent des autres, "sup" comme les nommaient les hommes politiques. Il ne le savait pas encore loup. Il connaissait pourtant l'existence de cette race. Sa propre femme était l'une d'entre eux. Il ne savait pas que la dureté était la maitresse jalouse du cœur de Tarek. Le brun avait perdu le pouvoir mais ne le savait pas encore. Il devrait attendre de comprendre pour cela. Il était perdu. Il ne savait plus rien. Il avait perdu tout ses reperds. Cela ne lui plaisait pas. Il voulait toujours contrôler le monde. Il voulait voir les uns et les autres se plier devant son pouvoir. Il était humain mais c'était lui qui dirigeait. Personne ne le voyait dans l'ombre des puissants. Il tirait les fiselles. Il deviendrait à son tour un pantin, prisonnier de l'amour qu'il portait à Tarek Thompson. Pourtant, pour l'instant, il n'en savait rien.

Son esprit tourbillonait comme un animal courant après un papillon.

James était perdu. James ne le montrerait pas. Il était conscient du danger que représentait celui qui fût son amant. S'il ne savait avoir perdu le pouvoir, il sentait le danger. Il n'était pas fou. Il ne se mettrait jamais de lui même en première ligne. Voilà que le contrôle lui échappait. L'heure n'était pas à la retrouvaille du prince sylvain. Il avait bien trop peur d'être revenu à la vie. Il avait calmé les tremblements de ses mains mais il restait toujours craintif. Il n'en avait pas lieu de l'être.[/justify]
Revenir en haut Aller en bas
Sylvain

avatar
Keiràn Ikrà


PROFIL► AVATAR : Cameron Monaghan
► VOTRE AGE : 18
►PORTRAIT :
► CIITATION : Never let them see you weak
► CREDIT : Me, tumblr
► ARRIVÉ LE : 04/04/2012
RPG
And about you ?
► AGE DU PERSO: 17 ans
►TITRE(s):
► LIENS:

MessageSujet: Re: Too wild to not escape your poisonous love [James]   Dim 8 Juin - 9:04

~Rainbow - Self Portrait~

La pluie fine s'est arrêtée, finalement. Je soutiens le regard de l'homme qui me fait face, ma cigarette toujours coincée entre mes lèvres, un sourire mesquin au coin de la bouche. Je peux sentir l'odeur de sa peur, de ses doutes, comme s'il était un livre ouvert. Il ne laisse rien paraître, mais son odeur est le meilleur des indicateurs. Je veux sentir tout ça, en plus du désir qu'il ne peut pas et ne pourra jamais contrôler face à moi. Il n'est plus mon maître, il n'est plus grand chose pour moi à vrai dire. Je me souviens bien des nombreuses fois où il m'a frappé en répétant que j'étais à lui, et seulement à lui. Oh, le nombre d'hommes qui sont passés après lui, si seulement je pouvais les compter, j'en aurais la migraine...

Je romps le contact de regards, tire un peu plus sur ma cigarette, et attrape ma fermeture éclair d'une main. J'ai sincèrement chaud, alors pourquoi ne pas s'amuser un peu ? L'ouverture de la veste descend avec lenteur, dévoilant le pull de résille blanche en dessous, qui lui laisse entrevoir les tatouages complexes qui épousent ma peau. Je mordille ma lèvre inférieure l'air de rien, le regard indifférent. La veste termine dans la sacoche attaché à mon chien, et je rallume une nouvelle cigarette. C'est l'une sur l'autre depuis peu, je ne peux pas m'en passer plus d'une heure de toute façon. Mes mitaines de laine fine et élastique cachent la moitié des barbelés tatoués sur mes poignets, mais mon haut ne cache rien du tout. Après tout qu'importe ? Il sera ma petite marionnette, mais ça il ne peux pas s'en douter.

Je souffle doucement ma fumée de cigarette, et relie nos regards, un sourcil haussé. "Je suis là pour affaires, j'ai une famille qui élève des animaux tu sais... L'hippodrome à besoin de purs-sangs. Mais l'étalon est trop cinglé, il vont pas le prendre. Tu te sens paumé, hein ?"

Pire qu'un diable. Je tiens à ce qu'il sache qu'il ne peut plus me cacher ses sentiments. Je laisse mes yeux tourner à ceux du loup que je suis, et apparaître un très court instant mes tatouages princiers. Des arabesques quasiment phosphorescentes, bleu pâle, sur tout mon corps. Il ne faut pas perdre le contrôle d'un garçon comme moi James Mason, pas la plus petite seconde, non, jamais. Sinon on ne rattrape pas la laisse à temps, et on récupère un chien sauvage. Qu'est-ce que tu vas faire alors, hm ? J'ai hâte de te voir essayer de rattraper cette laisse échappée...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité


PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Too wild to not escape your poisonous love [James]   Lun 16 Juin - 20:09

James ne lâchait pas son ancien esclave des yeux. Ses paupières se fermèrent l’espace d’une seconde. Le gris et vert de son regard se déroba à celui de Tarek. Il avait bien des choses à lui dire, bien des choses à lui demander. Il regarda la veste du jeune garçon descendre avec une lenteur maladive. S’attardant sur les tatouages compliqués, il tenta vainement de sortir de ses pensées le corps de Tarek. Il s’imagina pourtant, ses souvenirs se mêlant au présent. Ses lèvres s’ouvrirent légèrement. Très peu, comme si ce n’était rien qu’un TIC obsessionnel du visage. Tarek devait bien voir que c’était tout autre chose. Le désir transparé de chaque pore de sa peau. Il n’était pas dans son milieu. Il savait très bien qu’ici, il n’avait pas le pouvoir d’autre fois. Il avait perdu de son emprise à l’instant même où le couteau de l’elfe lui avait déchiré l’estomac.

L’ancien médecin n’avait rien perdu de ses habitudes, même la mort ne pouvait changer ce qu’il était. Lorsque la fumée des cigarettes de son protégé arriva à son visage, il la chassa du revers de la main. Il n’avait jamais fumé et n’avait jamais apprécié ceux qui le faisaient. Ses lèvres se pincèrent, comme lorsqu’il réfléchissait humain. Il fronça les sourcils, concentré sur Tarek. Les écritures sur le corps de celui qu’il avait connu enfant le laissai perplexe. Perdu et perplexe, James ne savait que faire. Voir son corps se relever de la terre dans laquelle on l’avait couchait avait été un choc pour lui. Puis croiser Tarek quelques heures plus tard avait été encore plus douloureux. Il lui aurait fallu du temps. Le temps de savoir qui il était, de savoir ce qui l’avait ramené à la vie. Lui qui n’avait jamais été sous les ordres de personne, il espérait qu’il n’était pas devenu comme les créatures qu’il avait côtoyé quand il avait encore le grade de médecin.

James l’écouta parler, son regard devenant interrogatif à la question de Tarek. Ce garçon avait toujours fait naitre un désir animal dans son corps. Un désir dur à refréner qui avait précipité sa fin. Il le savait dès l’instant où il l’avait vu. Il avait pourtant sauté droit dans un piège mortel. C’était d’ailleurs ce qui lui était arrivé. La Mort l’avait trouvé en chemin.

Tu sais bien que rien ne saurait me perdre. Qu’il est impossible que je perde le contrôle sur quoi que ce soit. Tu as bien changé Tarek Thompson., murmura le médecin

Il mentait, mais il mentait d’une manière parfaite. Cela avait toujours été sa manière de vivre. Le mensonge l’avait créé et fait grandir. On n’oublie jamais ce que l’on construit durant l’enfance. Changer de sujet pour mieux amener l’objet de ses désirs à quelques choses d’autre. Il était habitué aux cris. Il aurait voulu être maitre mais sa marionnette avait coupé ses fils depuis longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Sylvain

avatar
Keiràn Ikrà


PROFIL► AVATAR : Cameron Monaghan
► VOTRE AGE : 18
►PORTRAIT :
► CIITATION : Never let them see you weak
► CREDIT : Me, tumblr
► ARRIVÉ LE : 04/04/2012
RPG
And about you ?
► AGE DU PERSO: 17 ans
►TITRE(s):
► LIENS:

MessageSujet: Re: Too wild to not escape your poisonous love [James]   Mer 25 Juin - 17:51

La réplique acerbe du psychologue me coupe un instant dans mon inspiration de fumée grise, mes yeux s'agrandissent une seconde, et j'éclate de rire entre deux quintes de toux. Rien qui ne lui échappe hein, c'est bien ça qu'il a dit ? C'est la meilleure celle là tiens ! Alors moi, je ne lui ait pas échappé ? Et sa mort, il l'avait prévue aussi peut être ? Pas mal, je retiens !

J'écrase la énième cigarette, de petites larmes de rire au coin des paupières, et relève la tête vers le ciel. Ah, le temps où les fils étaient encore solidement fixés à mes poignets est bien loin aujourd'hui, enfoui dans le passé flou et sombre. Désormais, je suis celui qui coud des fils aux gens, le marionnettiste. Il est plus sage de ne pas me fréquenter, l'enfant est bien loin maintenant, avalé par la pluie et le vent d'hiver. Un hiver comme celui qui avait sonné mon départ pour le Vermont, il y a si longtemps quand j'y pense. C'est très loin tout ça, les souvenirs s'estompent, se colorent peu à peu puis s'effacent. Ne reste que le désir de vengeance, cruel et vil, qui ronge les chairs et les pensées aussi sûrement qu'un acide. Personne ne peut comprendre ou voir ce qui se passe dans ma tête. Pauvres bougres.

Mes yeux se focalisent à nouveau sur le brun, dont je perçois la légère inquiétude et les interrogations. Un micro sourire au bord des lèvres, je penche la tête de côté et me rapproche doucement, la langue passant sur mes lèvres. Il ne peut pas savoir. Il ne veut pas savoir. Mais il saura quand même. Il ne peut pas vraiment passer à côté.

"Ah ! Ha, oui, j'ai changé comme tu dis joli cœur. Il est mort et enterré des kilomètres sous la couche terrestre le petit garçon naïf et idiot que tu bernais. Tu peux toujours aller jouer à la poupée avec quelqu'un d'autre, avec un peu de chance ça marchera. Dis moi, tu sais pourquoi tu es revenu ? Quel est ce regret terrible qui a empêché ton pauvre esprit tordu de disparaître dans le néant, tu le sais ? Ta femme ?"

Je ferme la bouche avec un hoquet moqueur et méprisant, et rallume une cigarette. C'est dangereux pour la santé oui, je sais. Mais ça m'aide. L'alcool dans mon sang me fait tourner la tête, et l'odeur du trader dont je tiens trois billets au fond d'une poche m'agace. Peut être bien qu'il m'a détruit autant que je l'ai détruit, au final. Prostitué, frigide et sanguinaire, ce n'est pas ce dont je rêvais. Moi je voulais vivre dans un gentil ranch, au calme et au grand air. Une grimace déforme mes traits, et je lance un brusque regard assassin au strigoï. Tout ça il va le payer !

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Too wild to not escape your poisonous love [James]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Too wild to not escape your poisonous love [James]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» One Love [James Redfield]
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» Baptême de Wild Cloud
» « CENTRAL PARK » New York i love you .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ludtyvia :: Flood :: Archives-