Bienvenue sur Ludtyvia, à vos risques et périls.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Are you sure to want meet me ? • Teana & Mandy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
Invité


PROFIL
RPG

MessageSujet: Are you sure to want meet me ? • Teana & Mandy   Lun 30 Déc - 16:32


 

« Are you sure to want meet me ?  »
 Nuit, douce nuit. Une lune si lumineuse dans le ciel plongée dans la pénombre du noir, elle pouvait éclairer le pavé des trottoirs. Elle n'était pas aussi importante que la lumière du soleil mais on pouvait entrevoir le contour sombre des arbres de Milwaukee, le noir pénétrant de l'asphalte qui brillait par petit grain ne rendant que la nuit plus plaisante à ses yeux. Des yeux d'un terrible bleus recherchaient une chose divertissante pouvant les amuser durant peu de temps. Ils n'aimaient pas lorsque cela était de longues durées.Ils craignaient de s'ennuyer. On ne pouvait pas leur reprocher ce défaut devant leur beauté si dévastatrice.

Ses pieds caressaient le sol sous l'aide de ses talons interminables de la hauteur qu'ils avaient. L'animal tué pour de si belles chaussures avaient fait couler autant de sang que la personne qui les portait. Le serpent, du venin jusqu'au plus profond de son être comme son possesseur. Un animal qui encerclait ses victimes dans une étreinte sans fin comme Mandy le faisait, jusqu'aux derniers battements du coeur de l'opposant. Le moment le plus jouissif de l'acte, la cession de tout organe, le sang qui arrêtait tout transport, se résignant de son inutilité. La seule chose qui semblait l'émerveiller dans le corps d'une âme humaine, la souffrance physique qu'elle pouvait lui infliger en reproduisant toujours les mêmes actions. Elle n'avait aucune méfiance de ce genre d'adversaire, si ils pouvaient la laisser les démembrer sans crier d'aucune douleur, ils le feraient. Certains, choisissaient une mort rapide mais elle ne l'accordait à personne. Elle ne faisait pas dans la charité, plus on la suppliait tout arrêt et plus elle jouissait de la torture qu'elle infligeait.

Un des sourires des plus sanguinaires traînait sur son visage. Elle arpentait les rues sans réel savoir de ce qui l'attendait cette nuit. Des trottoirs qui semblaient sans fin, on aurait pu la confondre à une prostituée qui cherchait résidence pour la nuit mais elle ne l'était pas. Elle n'optait pas pour être utilisée comme objet, elle se servait des gens. La soumission n'était que dans un sens, il n'y avait pas de contre sens. Personne ne la commandait.

Que lui était-il arrivé pour se promener dans les rues à une heure pareille ? Elle venait juste de quitter l'habitat de sa précédente victime en emportant un souvenir. Une jolie bague qui devait appartenir à sa femme qu'elle porta à un de ses doigts, jolie diamant sertie mais pas autant que la succube. Quelle tristesse désormais pour la veuve ! Elle devrait être heureuse que Mandy soit passée par là. Il fallait voir le côté positif, son mari venait de faire preuve d'infidélité. Elle perdait un homme infidèle , elle en trouvera pareil d'ici peu de temps. Si cette femme avait été là, elle aurait pu connaître la beauté imposante d'un délicieux succube savourant son festin du soir. Elle aurait tué cette femme de la même manière. Elle pouvait remercier ce qui l'avait empêché de se rendre à sa résidence ce soir. Elle pouvait s'estimer heureuse de la chance qu'avait eu cette jeune femme. Elle allait tout aussi souffrir en découvrant la mort de son mari, pleurant des larmes qui ne ferait que satisfaire le monstre qu'était Mandy.

Une chose se porta à son esprit subitement. Combien de temps cela faisait qu'elle n'avait pas touché à une femme ? Il y a peut-être désormais une semaine...Son festin ne datant d'à peine 24h, elle n'était pas en manque de repas. Elle pouvait bien tenir autant de temps ou se satisfaire d'une donation de dernière minute. On sait jamais, par ici les crétins ne manquaient pas et ils pouvaient bien se livrer pour le plaisir de passer une nuit aux paradis des enfers dans l'euphorie la plus totale. 

La lune était à son apogée dans l'ascension de sa place dans le ciel somptueux. Elle levait les yeux pour la découvrir. La lune était sa fidèle amie à chaque meurtre qu'elle pouvait commettre, la lune était là à regarder le massacre humain que la belle Mandy faisait. Elle ne portait aucun commentaire, aucun jugement des actions de la succube. Seul, une présence et une vision, la lune pouvait avoir. La succube reposa ses yeux bleutés sur le chemin qu'elle faisait. La belle dame croisa un pauvre type un peu paumé pouvant être mignon mais pas suffisamment selon elle pour la satisfaire. Il passa à sa hauteur, elle n'eut qu'à poser une main sur son épaule et croiser les regards pour qu'il se sente des plus conquis. Elle le jugea trop simple à amadouer. Elle le laissa planter où il était et comme un con il y resta. La belle souhaitait avoir un peu plus de résistance. Diriger un homme du regard devenait une action bien trop banal, entre le moment où elle séduit et où il craque, elle n'avait compté que dans le maximum une dizaine de secondes. Une réelle déception.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité


PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Are you sure to want meet me ? • Teana & Mandy   Ven 3 Jan - 16:17

Il faisait grand jour lorsque je rentrai à l’orphelinat après le lycée et j’étais alors de bonne humeur. Alors comment ce faisait-il que maintenant, à peine quelques heures plus tard, je sois à bout de nerf ? Prête à exploser à la moindre surprise, au moindre geste suspect des passants de cette petite rue sombre, au moindre nuage dissimulant la lune ? Tout s’était déroulé si rapidement que je ne m’en étais qu’à peine rendu compte. C’est ce qui passe le plus vite qui nous affecte le plus. Je le savais, et je savais aussi que je n’aurais pas dû rester là-bas, à observer cette scène, je savais que cela m’affecterai et pourtant je n’avais pas esquissé le plus petit mouvement pour m’en défaire. J’étais autant paralysé par la peur que par la fascination et c’est ce qui m’a empêché de fuir. Je n’ai pu partir que quelques minutes plus tard, lorsque j’étais déprimée, honteuse, malheureuse, seule. Cela arrivait pourtant souvent, mais à chaque fois, je faisais tout pour éviter ce moment, fuyant sur Ludtyvia, là où l’on ne pourrait pas me trouver avant la fin de ces heures fatidiques pour certains.
A présent, j’étais dans une rue sombre de Milwaukee. J’avais quitté l’orphelinat pour avoir cette solitude qu’il me fallait pour me rétablir et en même temps qui me faisait si mal. Je levai le visage vers la lune et me laissai caressait par ses doux rayons. La nuit était tellement apaisante.
Soudain, je vis une famille, sortir comme tant d’autres du théâtre où elle avait assisté à je ne sais quel spectacle donné par la comédie. La rue était obscure mais cela ne m’empêchait pas de voir leurs sourires sur leurs lèvres. Un petit garçon enlaça ses parents et leur avoua qu’il était épuisé, que son lit l’appelait, qu’il voulait dormir. Son père le prit dans ses bras et ils partirent tous dans une voiture. Une autre famille riait encore au éclat de la pièce, la racontant à tout va et discutant de leur passage favori. Un couple plus loin s’embrassait.
Je courais à présent dans la rue, fuyant, retrouvant l’usage de mon corps. Enfin, je tournais dans une petite ruelle plus sombre que les autres. Je m’accroupie contre le mur, les yeux rivés sur la lune, triste, mélancolique. La scène me hantait.
Quand j’étais rentrée dans le hall du bâtiment pour orphelin, une famille attendait pour une adoption. Il conversait avec la secrétaire qui leur expliquait que les enfants n’allaient plus tarder avec la fin de l’école. Lorsqu’elle me vit entrer, elle leva les yeux et me montra à ces inconnus, racontant ma vie, enfin ce qu’elle en savait. L’homme et la femme me regardait avec des sourires attendris, pensant très certainement que j’étais mignonne mais trop vieille par rapport à leurs attentes. Je ne bougeais plus à l’entrée, et la bonne femme continuait son discours, comme ils étaient tant habitué à le faire en ce lieu, pour faire en sorte que je sois adopté. Quand comprendront-ils que je ne veux pas ? Qu’il valait mieux pour moi que je reste seule ? Puis les plus jeunes étaient arrivés et l’un d’eux, qui n’avait pas encore assisté à des adoptions, se jeta dans les bras de la femme. Il ignorait qu’il valait mieux ne pas faire ça pour ne pas effrayer les parents, mais surtout pour laisser une chance pour les autres. Et puis, une fois que l’un des enfants avait commencé, les autres continuaient et bientôt, le couple fut submergé d’enfants. Il ne savait plus qui regarder, qui enlacer. Ils étaient perdus et heureux à la fois d’avoir un si bon accueil. Ce n’était pas tous les jours que les enfants étaient si accueillant et si cet homme et cette femme l’ignorait, la secrétaire le savait très bien et était surprise par cette action générale. Mais un sourire se glissa sur ses lèvres et elle partit discrètement chercher le directeur pour qu’il s’occupe à présent de cette famille qui cherchait un enfant. Il s’était à peine écoulé deux minutes depuis que j’étais entrée dans l’orphelinat mais déjà, j’étais dans tous mes états. Toute cette affection m’écœurait autant qu’elle m’émouvait, et elle ramenait à la surface des souvenirs enfouis depuis trop longtemps que je refusais toujours de laissait sortir et qui me hantait depuis des années. Le directeur fit alors son apparition et la famille releva les yeux. Le couple croisa mon regard. Il était heureux.
Alors, sans réfléchir, je courais dans les rues pour fuir ce lieu, pour fuir cette scène, pour fuir l’amour d’une famille, pour fuir la population, pour fuir la vie.
J’étais ainsi arrivée dans cette sombre ruelle, à regarder la lune tandis que des larmes coulaient sur ma joue sans même que je ne m’en aperçoive. La solitude me pesait et je savais qu’elle me pèserait à jamais. Il valait mieux pour moi que je reste loin des gens, même si je ne le souhaitais pas. C’était pour leur sécurité. Peut-être même que je devrais quitter la Terre et rentrer sur Ludtyvia. Mais j’y étais recherchée, je ne pouvais pas me permettre d’y rester trop longtemps. Alors que faire ? Rester ?
Soudain, j’entendis des pas dans la rue, plus loin. Je regardai dans la direction des sons et vis une femme des plus belles qui croisa un homme. Elle posa sa main sur son épaule et ils se regardèrent. La femme s’éloigna alors rapidement, laissant seul cet homme. Comment avait-elle fait pour attirer aussi vite son attention ? Se connaissaient-ils ? Il y avait parfois des choses qu’il valait mieux ne pas savoir la nuit dans la ville mais cette femme m’intriguait. Elle était tellement belle et ce qu’elle avait fait à cet homme était impressionnant. Je voulais savoir comment elle avait fait.
Je me levai et essuyai quelque peu l’eau sur mon visage et parti à la suite de la femme, la suivant discrètement dans les rues. Que pouvait-elle y faire à cette heure-ci ? Il commençait à se faire tard et la population allait se couchait à l’exception des cas qui ne quittaient presque jamais les rues avant le matin et qui allaient tremper dans des histoires de drogues, de boissons, de violence ou je ne sais quoi d’autres.
Ou pouvait bien se rendre cette femme ? Il était dangereux de voyager seul la nuit et elle devait certainement le savoir alors pourquoi sortir ? Qui pouvait-elle bien être ?
Je la suivait, me cachant lorsqu’il le fallait pour ne pas me faire repérer, la suivant de loin et j’eu, pendant un instant, le désire de dévoiler mes ailes et de la suivre de par le ciel mais avec cette histoire de Ludtyvia découverte, cela risquait d’être dangereux. On ne pouvait savoir comment réagiraient les gens à la vue d’une humaine ailée. Peut-être me prendraient-ils pour un ange, mais peut-être penseraient-il que je suis un démon et alors, les terriens pouvaient être les pires créatures au monde. Il me fallait être discrète.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité


PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Are you sure to want meet me ? • Teana & Mandy   Sam 4 Jan - 2:55


 

« Are you sure to want meet me ?  »

 Hiver, hiver. Comme on t'aime quand tu détruis toute vie sur les arbres, lorsque tu les dénudes de tout feuillage. Tu gèles les coeurs et explose leur possesseur. Tu jettes ton nuage brumeux pour échapper à la vérité. Tu ravies les yeux des enfants par tant de beauté blanchâtre pour mieux les corrompre prochainement.Tu affaiblies les êtres faibles qui peuplent ce monde.Tu prends possession des routes et empêche ces pauvres humains d'atteindre toute destination. Tu leur facilites pas la vie, c'est pour ça que les êtres comme Mandy te remercient de la saison que tu apportes.Ils te vénèrent pour leur rendre leurs loisirs plus divertissants. Tu leur sers un buffet de chaire fraîche à volonté. A trop leur en donner, tu vas rendre monsieur Satan jaloux. Il n'y avait qu'à cet homme qu'elle donnait allégeance. Elle ne s'abaissait à personne excepté lui, par devoir pas par envie.

Mandy poursuivait l'allure qu'elle venait de prendre. Elle avait abandonné cet homme un peu plus tôt. Il n'avait émis aucune résistance.Son regard l'avait bien trop trahi et si elle avait attendu encore quelques instants, il l'aurait embrassé, minable. Elle ne cherchait pas une perle rare car on pouvait espérer que plus belles résistances dans nos semblables ou du moins, une attirance extrême mutuelle. On ne pouvait les trouver partout et cela faisait désormais bien un bail que Mandy n'avait pas pu rencontrer ses semblables. Elle se contentait de trouver des choses qu'elle pouvait se passer sous la main rapidement dernièrement. Elle pouvait chercher plus loin mais elle ne trouvait pas forcément, à croire qu'elle avait épuré tous les meilleurs de la planète.

Une brindille craqua subitement et la belle se retourna brusquement. Un animal ? Ou avait t'elle un admirateur secret qui la suivait. Elle n'en savait rien mais aucune expression traversa son visage. Seule une satisfaction interne régnait au plus profond d'elle. L'idée qu'on pouvait l'admirer en cachette faisait naître de la vanité encore plus intense.Elle reprit son chemin et une stupidité d'humain croisa sa route. Il resta subjugué par le sex-appeal de la jeune femme. Elle haussa les sourcils et une soudaine envie de jouer lui monta en tête. Un beau de divertissement pouvait très bien amuser son admirateur secret dans la possibilité où elle se trompait pas d'une présence à ses arrières. Elle attrapa la cravate de l'homme et le tira vers elle. Une telle facilité à dresser un homme. Elle joua du regard dans le sien.La cravate dans sa main droite fut un peu plus tiré, tiré davantage. Une étreinte se forma autour du cou de l'homme mais il ne semblait pas le remarquer. Il ne voulait qu'une chose, poser ses lèvres sur cette femme désirable.Elle le laissa lui caresser ses lèvres et tira une nouvelle fois sur sa cravate. Elle pouvait entendre une respiration de plus en plus faible. Elle tira un dernier coup sec et repoussa l'homme qui par surprise de la force que pouvait avoir une si belle femme, il se retrouva sur le cul. Pauvre trottoir, tu héritais d'un souillure posé sur toi.Un dépravé manipulable, un déchet de la société dont elle faisait offrande.

Elle espérait que son admirateur appréciait le spectacle et qu'il oserait pointer son nez ou peut-être qu'elle avait réussi à le faire fuir par crainte. Il devrait mais quoi qu'il arrive, on ne pouvait pas lui résister. Une inutilité de fuir par lâcheté. Mandy reprit sa route et tourna dans une ruelle des plus sordides. L'obscurité régnait par ici. La lune émettait de faible rayon. Elle était privée de sa luminosité par des nuages qui se logeaient devant elle. Le temps avait changé. Il ne rayonnait plus autant.

Mandy se stoppa net au centre de cette ruelle, elle se retourna et attendait, une chose, que la chose qui la suivit, pointe son nez et se révèle. Elle avait pressentie sa présence. Elle était persuadée que quelque chose la suivait. Ses soupçons étaient en général juste. Elle pouvait bien se tromper mais elle avait bonne intuition. La ruelle assombrie par le ciel semblait ne pas avoir d'occupants. Mandy leva le menton par fierté et d'un air hautain s'adressa à la mystérieuse personne :

« Ta mère ne t'a jamais appris que suivre plus beau que sois, c'était dangereux...  »

Elle chercha du regard son interlocuteur. Elle donnait un avertissement. S'aventurer dans un territoire inconnu doit nécessiter de la méfiance. La curiosité est un vilain défaut dont elle adorait que ces victimes la possèdent. Quoi qu'il arrive, on ne pouvait pas faire demi-tour alors il restait deux options pour la personne cachée : Se montrer ou rester cacher mais pour combien de temps ? 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité


PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Are you sure to want meet me ? • Teana & Mandy   Sam 4 Jan - 16:13

Je continuai discrètement de suivre cette femme. Elle était suspecte. Ce n’était pas tous les jours que l’on pouvait croiser une femme aussi belle la nuit dans les ruelles d’une aussi grande ville, c’était trop dangereux. Ou peut-être avait-elle l’habitude et alors elle devait être une pute ou une droguée. Au vu de la réaction de l’homme, je pencherais plutôt pour la première solution, elle l’a attiré juste comme il fallait et s’il l’avait payé, je suis certaine qu’elle serait allée dans son lit. Ou peut-être faisait-elle partie d’une organisation secrète et que c’est de cette manière que les membres se font passer un message, en échangeant un regard. Alors le message avait dû être vraiment troublant pour que l’homme s’arrête aussi longtemps et la regarde avec un tel regard, ahuri et fasciné à la fois. Ou, la solution la plus simple : il était bourré et donc le plus petit geste de quiconque lui fait cet effet-là. Mais cela faisait un moment maintenant que nous avions perdu de vu cet homme et il m’était impossible à présent de retourner sur mes pas pour l’interroger sans perdre cette mystérieuse femme. Je voulais savoir ce qu’elle faisait dans les rues en pleine nuit et je n’allais pas laisser passer l’occasion de le découvrir.
Soudain, une brindille craqua sous mon pied et j’eu le réflexe de me dissimuler derrière un mur qui se trouver non loin de là. La femme se retourna. J’étais repérée. Mon cœur battait la chamade tandis que je me fondais comme je le pouvais dans le mur pour qu’elle ne me voie pas. Dieu merci, elle ne s’avança pas dans ma direction et reparti au contraire, comme si rien ne s’était passé. Mais elle devait se douter qu’elle était suivit et il me fallait à présent être plus discrète que jamais si je voulais découvrir où elle se rendait.
Je repris la poursuite et tout ce passa pour le mieux. La femme avait dû penser que c’était un chien ou je ne sais quel animal qui marchait dans les rues et de ce fait, elle ne devait plus s’inquiéter d’être suivit. Et puis de toute manière, ce n’était pas un mal de suivre quelqu’un dans les rues, ce n’était pas comme si elle n’était pas suspecte, il fallait bien quelqu’un pour la surveiller.
C’est alors qu’elle croisa la route d’un autre homme. Elle le prit tout à coup par la cravate et l’attira à elle. Je ne vis plus que le dos de la femme mais je me doutais qu’elle devait l’embrasser fougueusement et que celui-ci devait faire de même. Ou alors elle lui disait quelque chose, un  message, peut-être plus développé que celui de tout à l’heure. Je ne voyais pas leurs lèvres, juste le dos de la femme. Qu’est ce qui me disait qu’il s’embrasser ? Enfin, elle repoussa l’homme qui tituba avant de tomber. Je fus alors certaine que j’avais juste. Ces gens qui se baladaient dans les rues à cette heure-là, ils faisaient partis d’une secte et c’était cette femme qui faisait passer les messages de telle sorte que cela devait faire naturel. J’avais mis le pied dans une terrible affaire. De plus, avec cette histoire de Ludtyvia dévoilée, il s’agissait très certainement d’humains voulant se révolter. Je ne pouvais plus m’arrêter, il me fallait tout découvrir de cette organisation secrète, quitte à être moi-même découverte.
Plus tard, elle repris sa route mais cette fois, il me fallait faire encore plus attention et je ne pouvais plus me permettre de marcher sur une brindille, ce serait me faire repérer trop idiotement. Je repris mon apparence habituelle et déployai mes grandes ailes d’humaine ailée. Il valait mieux la suivre du ciel, elle ne penserait pas à lever la tête ; ce n’était pas dans l’habitude des humains.
La femme tourna dans une ruelle sombre, s’arrêta brutalement, et se retourna. Mais je n’étais plus derrière. Elle était seule dans cette rue. Je me posais sur le toit juste lorsqu’elle ouvrit la bouche ce qui me permit d’entendre ses paroles :

« Ta mère ne t'a jamais appris que suivre plus beau que sois, c'était dangereux...  »

Je rigolais intérieurement. Elle pensait réellement que j’allais me dévoiler ? Je n’avais même pas encore découvert leur cachette ni la nature de leur message et il me restait encore un moment avant que le jour ne se lève. J’avais encore le temps avant de rentrer à l’orphelinat et de prendre mes affaires pour aller au lycée.
L’orphelinat ! Flute ! Ils devaient me chercher depuis le temps que j’avais disparu. Je risquais de me faire prendre si je croisais quelqu’un qui me cherchait. J’avais bien fait de me transformer, personne ne penserait à chercher dans le ciel. Mais elle, elle pouvait croiser quelqu’un à ma recherche et alors, j’ignorais ce qu’elle allait lui faire.
Que faire ? Je ne pouvais pas me dévoiler, je ne pouvais pas abandonner la poursuite, et pourtant, il me fallait rentrer.
Je m’envolai de nouveau mais trop rapidement cette fois : mes ailes avaient claqué trop fort et l’humaine avait très certainement dû m’entendre. Elle allait lever les yeux et me découvrir. Que faire ? Je pris de l’altitude, pensant me cacher dans les nuages, mais il n’y en avait pas. J’étais perdue. Alors, dans un ultime espoir pour qu’elle ne me repère pas, je redescendis sur le toit d’où j’étais partie et repris mon apparence humaine jusqu’à ce qu’il faille repartir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité


PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Are you sure to want meet me ? • Teana & Mandy   Mar 7 Jan - 15:16


 

« Are you sure to want meet me ?  »

 La beauté, une chose qui pouvait rendre n'importe qui en contemplation d'une telle excellence.Elle pouvait être douloureuse, trompeuse mais surtout si envahissante dans un esprit.Elle pouvait vous faire croire ce que vous voulez tellement ,vous y vouez tant d'admiration.Elle n'a qu'à se glisser près de vous et bientôt on verra la soumission que vous pouvez effectuer.Il n'y a rien de comparable à cette souffrance. Qu'est ce le pire, que la beauté appartienne à une femme ou un homme ? Et bien, une femme.La femme est un être emplit de sensualité et de douceur.Elle aime se faire désirer par les hommes mais surtout l'homme, un être faible qui s'est bien défini par le manque de réflexion qu'il peut avoir.L'homme est un animal, il fonce tête baissé en pensant pouvoir tout obtenir. Il se croit supérieur mais au final, qui est l'être supérieur ? Il pense dominer toute femme mais la femme sait très bien, qu'elle le domine par sa beauté charnelle. Il ne peut lui résister alors il ne fait que croire ce qu'elle veut lui faire croire. Elle veut qu'il gouverne alors il gouvernera. Elle a décidé qu'il ne devienne rien, il deviendra rien, il sera la risée de tous. Pensez-vous pourquoi à t'on fait de Aphrodite, la déesse de l'amour ? Parce que c'est une femme et qu'elle peut manipuler quiconque qu'elle a désiré de manipuler.Il n'y a pas d'autres explications. La femme est une meilleure séductrice que l'homme.

Voilà ce que pouvait bien penser Mandy. On lui avait offert des droits, une beauté incomparable et la permission d'assouvir le moindre de ses envies. Elle faisait bien croire à tout homme qu'il était supérieur mais c'était elle qui menait la danse. Elle n'avait pas besoin de posséder des muscles pour s'imposer. Ses courbes faisaient tout le travail. Elle n'avait pas besoin d'être grande et de crier pour se faire remarquer. Elle a juste besoin de passer et de négliger toute personne. Elle n'a pas besoin d'utiliser des mots pour blesser.Ses yeux et le regard qu'elle pouvait envoyer étaient aussi compréhensible que déchirant. Elle n'a pas besoin de sourire pour faire comprendre qu'elle est satisfaite. Elle peut juste se contenter d'un baiser.Elle peut vous corrompre en une caresse, un baiser..A vous de décider ce que vous préférez !

Mandy venait de prendre le chemin dans une ruelle plutôt étroite. Choisie par ses soins par le manque de dérangement qu'il pouvait y avoir. Rien n'était fait au hasard.Elle se doutait bien qu'on la suivait, elle voulait juste en avoir la certitude et pouvoir admirer qui pouvait bien la suivre à cette heure. Ce n'était pas une heure pour faire une filature.

Se retournant brusquement pour s'adresser à ce qui l'avait semblait être une personne, elle put constater qu'il n'y avait plus rien derrière elle. Elle n'avait pas tout de même parler seule, si ? Non, ce n'était pas possible. Ce qui la suivait avait dû trouver une autre cachette.Combien de temps allons nous attendre pour que tu te montres petite chose ? Elle pouvait compter sur ses doigts, elle savait que peu de temps allait s'écouler avant qu'une apparition vienne. Elle n'avait que faire du temps, elle avait tout le sien...

Un bruit claqua dans le ciel.Réflexe humain, beurk, il lui restait encore des traces de son ancienne vie. Les yeux levés dans l'obscurité de la nuit. Des ailes, qu'est ce cette créature ? Pourquoi lui avait t'on envoyé un oiseau ? Elle ne comprenait pas.L'altitude ne te sert à rien petite chose ailée ! Je t'ai vu et te cacher n'est d'aucune utilité. Sur le toit, elle redescendit. Les ailes disparaissaient.Amusant. Elle pouvait redescendre et venir faire face à son adversaire. Mandy n'attendait que cela. Mandy ne pouvait pas voler pour fuir. La fuite était une action de faible quoi qu'il arrive. Pour elle, elle considérait que fuir était montrer que l'opposant était bien trop puissant et ainsi accepter la défaite. On ne quitte pas un combat avant d'avoir obtenu victoire.

Elle abaissa les yeux, elle ne voyait pas distinctement cette chose pour se permettre de la regarder et elle ne voulait absolument pas lui donner trop d'importance. Ca ne pouvait rien n'être de plus, qu'un amusement supplémentaire.

«  1,2,3 et je te vois.   » 

Elle laissait ses cordes vocales sortir un rire. Elle prenait tout pour un jeu. Elle était le fauve qui attendait sa gazelle pour bondir. 4,5,6 et elle te transforme en chaire à saucisse...Oh il ne fallait pas qu'elle dise ça, elle ne voulait pas l'effrayer dès les premières minutes.On allait l'appâter d'abord et qui sait si Mandy te prépare un autre avenir ? On ne sait jamais, peut-être que tu pourrais l'intéresser...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité


PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Are you sure to want meet me ? • Teana & Mandy   Mer 29 Jan - 18:59

La lune éclairait tout à fait les environs et maintenant que la femme savait où regarder, je ne pouvais plus la suivre par les airs. En entendant le bruit de mes ailes elle s'était retourné et ne voyant personne, avait levé la tête et m'avait découverte. Heureusement, je volais haut alors il se pouvait qu'elle m'ait confondue avec un oiseaux mais j'en doutais sérieusement... Cependant, si elle comprenait que je suis une ludtyvienne, elle risquait de rameuter sa bande de terrien mécontent et de me faire passer l'envie de rester sur Terre.
J'eu l'impression qu'elle parla mais je n'entendis pas ses mots. En revanche, je perçu parfaitement le rire glacial qui s'échappa de ses lèvres. Je me demandai qui pouvait allier si bien la beauté et la terreur mais la réponse était sous mes yeux. Cette femme était d'une splendeur ahurissante mais sa manière de rire, de se jouer du monde, me glaçait le sang. J'avais l'impression que si je me posai, elle me tuerait sur le champ sans le moindre état d'âme. Elle était d'une beauté mortelle qui marquait les esprits.
Soudain, une idée me vint. Je me figeai dans les cieux, ailes tendues. Une beauté mortelle... Une succube... Cela pouvait expliquer qu'elle se jouait autant des hommes qu'elle avait croisés et qu'elle fascinait tant. Elle avait attiré mon attention parce qu'elle était surnaturelle.
je regardai le ciel étoilé quand je me rendis compte que je baillai. Il se faisait tard et je commençai à fatiguer.
J'éclatai soudainement de rire et rebattais des ailes pour regagner de l'altitude. Une succube. Je m'étais fait avoir par une succube.
Je me posai sur le toit d'un immeuble, au dessus de la ruelle, toujours en plein délire. Une larme de joie coula sur ma joue et tout le stress de la course poursuite retomba. Je m'étais affolée pour un rien.
A présent, il était certain qu'elle m'entendrait mais je m'en fichai. C'était une ludtyvienne, elle était comme moi et elle n'allait donc certainement pas s'allier avec des terriens. Les succubes étaient seules et vivaient sur la vie des autres, quels qu'ils soient. Tout ce qui les intéressait, c'était le sexe, pas une future guerre dont on n'était même pas sûr qu'elle allait exister.

hors sujet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité


PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Are you sure to want meet me ? • Teana & Mandy   Dim 13 Avr - 18:21


 

« Are you sure to want meet me ?  »

  Rester, perchée sur un toit, elle trouvait cela idiot. L'oiseau humain se sentait il en sécurité en hauteur ? Idiotie pure, rien n'était sécurité. Mandy était un mal et sa présence n'était pas faite pour se sentir à l'aise. Qu'elle descende et ose venir l'affronter au lieu de se cacher. Mandy n'aimait pas cet acte de faiblesse. Elle préférait les faces à faces car elle savait qu'elle gagnerait. C'était ce qui arrivait la plupart du temps. Mandy était d'une impatience déconcertante dans ces situations. Elle allait ordonner , exiger que l'oiseau descende la confronter.

« Ne te cache, viens te confronter à moi. Ose venir que je puisse voir à quoi tu ressembles.»

Mandy était un peu comme le loup dans le petit chaperon rouge. Le loup qui tentait de soudoyer le chaperon rouge pour la dévorer tout cru. Mandy tentait d'attirer le bel oiseau et ne souhaitait pas le dévorer, seulement jouer un peu avec et peut-être se nourrir dessus si elle arrive à s'en approcher. Mandy savait jouer pour obtenir son désir. Elle avait la beauté attirante et une délicate odeur que l'on pouvait difficilement fuir. Le seul soucis qui pouvait poser des barrières était la sexualité de son adversaire. Elle savait changer la sexualité pour se satisfaire mais lorsque l'adversaire n'aimait pas les femmes et si il se trouvait non humain, la tâche pouvait devenir plus dur que ce qu'elle pensait.

« On pourrait discuter, un peu. Savoir ce que tu es, on ne croise pas des oiseaux volants tous les jours...»

Elle faisait mine de s'intéresser un minimum à la jeune femme mais c'était entre autre faux. Mandy ne voulait pas discuter, elle ne voulait pas en apprendre sur son espèce. Elle se fichait totalement de tout ça. Elle savait ce qu'elle voulait. Elle était égoïste au possible et ne s'intéressait qu'à elle-même. Mandy, Mandy, Mandy seul elle comptait, seul son univers, seul sa petite personne. Elle était ainsi. Elle voulait tout obtenir et n'aimait pas les résistances. Elle trouvait cela stupide, il était plus simple de se laisser avoir par le plaisir de deux corps, laisser le corps s'exprimer, le laisser posséder ce qui lui donne le plus envie.

Mandy commençait à se sentir vide. Elle commençait à avoir faim. Sa proie précédente ne semblait pas avoir suffi. Il y avait ce manque d'appétit qui commençait à apparaître dans les esprits de Mandy. Elle allait avoir besoin de se nourrir, besoin de chaire. Elle devait avoir de la chaire, sentir un corps contre le sien. Elle en avait besoin. Elle n'aimait pas manquer de nourriture et se sentir vide. Elle n'était pas totalement vide mais sentait que ça ne serait tarder. Petite chose, descends vite du toit ! Qu'elle puisse se nourrir sur toi avant que cela devienne encore plus difficile. Que la faim occupe tout son esprit et qu'elle devienne l'être squelettique qu'elle n'aime pas être. Elle ne voulait pas avoir faim, elle ne voulait pas devenir affamée. Elle ne voulait pas que ses ailes poussent dans son dos ni que sa queue apparaisse, ni de ses griffes et encore moins les cornes sur son visage. Elle voulait continuer à garder sa beauté. Ce n'était pas le moment de se transformer. Certes, il faisait nuit, il n'y avait qu'une immortelle face à elle mais cet état de faiblesse n'était pas à montrer. Immortelle, descends de ton toit. Laisse la se nourrir de toi. Tu es immortel,cela ne te fera aucun mal. Tu te sentiras juste comme emporter au paradis, dans le meilleur des mondes. Tu te sentiras à l'aise, elle t'apportera un plaisir incomparable à tout ceux que tu as pu connaître. Tu seras dans la pleine luxure et elle pourra se nourrir. Viens bel oiseau et sers de festin à cette succube !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité


PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Are you sure to want meet me ? • Teana & Mandy   Ven 30 Mai - 15:59

Je rigolai à en pleurer, évacuant tout le stress qui s’était accumulé depuis que les terriens connaissait l’existence de ma planète. Je ne m’étais pas sentie aussi bien depuis bien longtemps et de ce fait, ma crise de rigolade continuait encore et toujours, sans que je ne puisse rien entendre ou même voir de ce qui se passait autour de moi. Mon rire faisait de moi quelqu’un de vulnérable, j’en étais consciente, mais il me guérissait tellement bien de l’angoisse que je m’en fichais. Une telle cure ne pouvait se refuser, surtout maintenant que les humains allaient partir à la chasse aux ludtyviens, ce qui, selon moi, n’allait pas tarder. À présent qu’il fallait être constamment sur ses gardes, même rencontrer une succube était un soulagement ce qui n’était pas peu dire.
Au milieu de cette crise de fou rire nerveux, j’entendis vaguement une voix attirante et supposai que la succube m’appelait. Je priais intérieurement pour qu’elle n’ait pas faim et tentai vainement de me calmer. Je me redressais légèrement, car dans mon fou rire, je m’étais allongée sur le sol en me tenant les côtes tellement je riais, et m’asseyais sur le sol en regardant la succube dans la rue. Elle tentait par tous les moyens de m’attirer, je le sentais, et pourtant, avec beaucoup de mal, je résistai jusque-là. Heureusement que j’étais hétéro, cela m’aidait à résister à son charme diabolique.

« On pourrait discuter, un peu. Savoir ce que tu es, on ne croise pas des oiseaux volants tous les jours...»

Alors comme ça elle s’intéressait à moi… Voulait-elle donc profiter de moi ? Les humains ne lui suffisaient donc pas ?
Je restais tout de même un peu surprise qu’elle ne sache pas ce que je sois. J’avais pourtant espéré qu’elle le devine, il semblait pourtant aisé de voir que j’étais une humaine-ailée, même un humain, en me voyant voler, aurait surement émit l’hypothèse qu’il voyait un ange, ce qui en apparence ce rapprochait tout de même beaucoup de ma race.
Je fus alors tentée de descendre et faire un peu connaissance avec elle mais une succube était dangereux à approcher et je ne voulais pas m’y brûler les plumes. Je souhaitais pourtant lui répondre alors je lui expliquai ce que j’étais sans bouger de mon perchoir, en élevant juste la voix. Des humains pouvaient entendre s’il passait non loin de là, mais je pensais que la succube pourrait justement en faire son repas donc en toute logique, nous ne risquions rien ici, à cette heure-là de la nuit.

« Discuter, avec plaisir mais je resterais là-haut, quoique tu dises. Je suis, si tu ne l’avais pas remarqué, une humaine-ailée. Et non, je ne suis pas un oiseau ! en reprenant ta remarque d’ailleurs, si, on croise des oiseaux volant très souvent, un oiseaux volant très souvent. Ce sont les humains que l’on voit rarement voler. En revanche, on ne croise pas une succube tous les jours. Je ne savais pas qu’il y en avait à Milwaukee même si c’était un peu à prévoir vu toutes les créatures ludtyviennes que l’on y croise. »

Je priais intérieurement pour qu’elle ne soit pas affamée. Gaïa ! faite qu’elle n’ait pas faim par pitié !

« Mais je ferais peut-être mieux de partir, il se fait tard et l’on ne sait jamais ce que les humains prévoient de faire, surtout en ces temps-là…

Je me demandais ce qu’elle allait faire à présent et je restais encore à l’observer, résistant à l’envie de partir. Voir sa réaction me permettrait peut-être de savoir si elle avait faim et alors, il me faudrait partir discrètement et faire en sorte qu’elle ne puisse pas me suivre, voler serait alors hors de question. Une humaine-ailée était trop facilement repérable.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


PROFIL
RPG

MessageSujet: Re: Are you sure to want meet me ? • Teana & Mandy   

Revenir en haut Aller en bas
 

Are you sure to want meet me ? • Teana & Mandy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ahem.. Please to meet you ?.
» Meet Up - 27 février BD Cosmos à Laval
» "Never be the same, if we ever meet again."
» 07. Hi, I'm Glenn ! Nice to meet you !
» [The Preston Sisters : Meet Anna, the one with the eyes that look ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ludtyvia :: Flood :: Archives-